Dans son dernier rapport intitulé « Marcher et Mourir » de 63 pages publié le 1er octobre 2020, Amnesty analyse à froid le cycle des manifestations en Guinée : répression, usage de balles réelles par les forces de sécurité, dissimulation de preuves et surtout défaillances du système judiciaire Guinéen.

Pour le lire le rapport 👇🏾

Montrer les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!