Quelle belle aventure que celle de la Guinéenne du 21e siècle ! Depuis mars 2016, 12 jeunes femmes : Rougui Alpha Bah, Mariama Touppe, Mamata Sanguiana Camara, Khadija Camara, Oumou Koultoumy Bah, Mafoudia Bangoura, Balia Bah, Mariam Diallo, Biby Diallo, Néné Mariam Barry, Maimouna Koné et moi, nous nous attelons à travers ce collectif à améliorer les conditions de vie de la Guinéenne.

La place de la femme dans la société est une cause qui me tient particulièrement à cœur.

A travers ce collectif, nous nous efforçons de réaliser des activités dans le digital (campagne numérique, jeux avec lots, sensibilisation, informations, etc.) à des dates clés telles que les journées internationales ou plus quotidiennement en rapport avec la femme.  Notre collectif est jeune, nous avons aussi quelques actifs réalisés sur le terrain (formations offertes à des jeunes filles, etc).

En ce moment, nous travaillons les filles et moi, à de nombreux projets qui attendent aide et financement.

Update – 30 Juin 2019

Je suis heureuse d’annoncer, qu’après trois ans à la tête du bureau du collectif Guinéenne du 21e siècle, je passe la main à une nouvelle présidente (ou à un nouveau président), bientôt connu(e) à l’issue des élections internes qui ont en ce moment lieu dans notre structure et auxquelles je ne compte pas me représenter.

Lorsque nous nous réunissions en 2016 pour cette campagne historique (de par son format) qu’a été #GuinéenneDu21esiecle, élément fondateur de notre regroupement, j’étais loin d’imaginer le trajet que nous allions parcourir pour les droits des femmes en Guinée.

Cela n’a pas toujours été facile, je suis fière du bilan de ce bureau mais aussi de sa vingtaine de membres. Gdu21es a réussi à s’imposer sans moyens financiers autres que les nôtres, malgré sa jeunesse et le caractère de ses membres disséminés entre la Guinée et la diaspora, dans le paysage de la société civile guinéenne, comme étant une structure avant-gardiste, novatrice et surtout digitalement inclusive. Nous sommes parvenus à faire admettre à ô combien de gens, pour qui le numérique n’était qu’un jeu au début, que les voies institutionnelles et traditionnelles étaient bouchées, parfois obsolètes, et que le numérique offrait de nombreuses ressources pour véhiculer les mêmes messages, avec plus d’efficacité. Que strategie terrain et en ligne étaient complémentaires, non opposées.

Aujourd’hui, on fait appel à l’expertise du collectif pour piloter des plaidoyers féministes cyber-activistes et pas que. Certaines de nos activités ont été reproduites ailleurs et nous continuons d’inspirer des collègues féministes. Je me réjouis de la réputation d’organisation originale et sérieuse dont bénéficie le collectif.
Je suis fière des milliers de Guinéens que nous avons pu toucher et influencer à travers nos entreprises deliberemment provocatrices et anticonformistes. Je crois au féminisme menant à un déclic, puis à une instrospection et enfin à un changement.
Pour moi, Gdu21es a aussi été une aventure humaine, pas toujours évidente, mais assurément instructive. Si je ne me représente pas, c’est aussi principalement parce que, m’avançant dans la vie, je veux lever le pied et me focaliser sur ma vie personnelle et professionnelle que j’ai longtemps mises de côté pour répondre à mon inconditionnel et irrépressible besoin de bousculer les choses.

Par ma non-reconduction, je veux d’ores et déjà aussi, inculquer un cadre démocratique et d’alternance à notre jeune structure. J’ai la ferme conviction que nous devons avoir la force et la cohérence de concrétiser à échelle réduite dans notre quotidien, ce que nous réclamons constamment à nos dirigeants politiques.

Et si je peux aisément quitter la tête du collectif tout en restant toujours membre, c’est parce que j’ai pleinement confiance en son avenir et en la relève pour qui je ne serai jamais bien loin.

Merci à tous les partenaires qui ont cru en mon leadership pendant mon mandat, à nos alliés dans nos initiatives disruptives et audacieuses, aux médias qui nous ont donné de la force mais aussi à toute la team. Je reviendrai peut-être un jour…Ce n’est qu’un aurevoir. 😉

Montrer les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire